Je suppose, enfin non, je veux dire, je suis confronté•e chaque jour au fait qu'il est difficile pour les personne cis-genré•e•s(donc celles•ceux dont l'identité sexuelle/le genre correspondent à la norme et à ce que l'on attend des genres) de se pencher sur les problèmes des personnes transgenres, ou de simplement réaliser la difficulté (et souvent le mal-être profond) des personnes qui ne tombent pas naturellement dans la norme des genres binaires ; il est difficile de réaliser les discriminations, les violences souvent, ou simplement les préjugés et les jugements constants auxquels les personnes transgenres/transexuel•le•s/genderqueers doivent faire face au quotidien. Mais c'est justement pour ça que tous les queers, les freaks, les trans, essayent de se faire entendre et comprendre actuellement. Je pense que ça ne ferait de mal à personne de réellement se poser des questions sur le genre, l'hétéronormativité, la construction de l'identité sociale et sexuelle, et tout ce que ça implique pour ceux qui ne rentrent pas dans les petites cases, d'avoir un peu de curiosité et d'empathie, même sans forcément être concerné•e•s. 

 

 


J'essaie de me mettre à l'utilisation de pronoms neutres. Je ne m'identifie pas en tant que fille, je ne suis pas "elle/she". En tout cas pas tout le temps. Mais pas non plus "il/he". Et c'est assez lassant d'être défini•e de la mauvaise façon, ou de façon trop réductrice, par des mots. Ou par mon apparence, mon corps, mon visage, ma silhouette. Je sais que suis PERÇU•E comme une fille, et dans la foulée, traité•e et considéré•e comme autrui pense que doit être une fille cisgenré•e - parce que malheureusement dans l'esprit des gens qui vont me cataloguer, il n'y a pas de place pour autre chose. Pourtant, c'est comme si on oblitérait, ou effaçait d'un coup tout un pan de ma personnalité - la plus grande partie, à vrai dire. Comme si on me rabotait pour me faire entrer dans une combinaison trop petite pour moi. Sauf que je n'ai aucune envie de rapetisser ma vision, ma perception, et mon identité.

En angais c'est plus facile, la langue n'est pas si genré•e : j'utilise "ey" pour penser ou parler des mes proches genderqueer ("ey/eir/em")(construit comme "they/their/them" sans the "th"). C'est beaucoup plus difficile en français étant donnée la feminisation/masculinisation générale de notre langue, et surtout partant du principe sacrément sexiste qui veut que le neutre soit masculin par défaut ; mais j'essaie vraiment de trouver d'autres manières d'exprimer la neutralité, ou la diversité du genre même dans le language. Passer librement du masculin au féminin en variant les accords d'adjectifs et de verbes, accorder avec un "o" au lieu d'un "e" ("je suis fiérO d'être genderqueer"), utiliser il/elle selon l'humeur du moment ; ou utiliser le pronom inventé "eile", voilà quelques idées pour jouer avec le genre. Accentuer à l'écrit, comme je l'ai fait dans ce texte, avec des points médians ou de tirets, les doubles terminaisons des noms, adjectifs, et participes passés accordé•e•s. J'essaye de parler "d'eile(s)" a propos de mes ami•e•s genderqueers, ou "iels" (à prononcer "è-ïl" ou "i-ël"); n'hésitez pas à faire de même si vous parlez de moi. Essayez ! C'est assez intéressant et amusant aussi d'entraîner son esprit et de contrer les reflexes qui, l'air de rien, façonnent l'esprit et la pensée. C'est également effrayant de réaliser à quel point on est conditionné•e•s par le langage.

 

EDIT : Je suis tombée sur des propositions de pronoms neutres qui me paraissent très intéressantes. "yol, ou ol"

Autant j'aime "iel" "yel" parce que de nouveau, ça cumule bien deux genres et ça s'entend à l'oral, c'est inclusif féminin ET masculin.

Mais du coup je préfère encore plus la proposition "ol" puisque ça crée vraiment un nouveau pronom qui n'est NI féminin NI masculin (bye bye la binarité !) 

 

***et puis "eile", en gaélic écossais, c'est "l'autre" !

 

 

 

"One of the basic tenants of being a decent fucking person is being conscious about how your language affects those around you and why - and that applies to everyone and every word."

 

 

Liens utiles : (si le sujet vous intéresse, ou s'il vous dépasse complètement)

La féminisation de la langue

Les gender studies pour les nuls

Genre

Genderqueer

Male Gaze

Womyn - Wimmin

 

4406730_attach

Bettina Rheims - The Gender studies

 

4406736_attach

Alvar Grav - Deux ombres disparaissent et je redeviens moi-même

 

Muxés, hijras ou kathoeys : les spiritualités face au troisième sexe

 

Sorry I can't get your pronun right ! 

 

Capture d’écran 2012-04-24 à 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Melissa Harris-Perry describes herself as “cis”