Auckland, Nouvelle-Zélande, enfin !

J'ai perdu ma minerve, probablement dans l'avion. Un acte manqué, probablement. 

 

Une vieille dame minuscule m'a abordé au musée d'art, pour me dire qu'à me voir si tatouée, au milieu des peintures, elle avait l'impression d'admirer une "oeuvre d'art qui marche". Puis elle s'est confondue d'excuses, désolée de "m'embêter ainsi" et d'être "si malpolie" - tout en répétant sans cesse à quel point j'étais belle. J'ai tenté de lui expliquer en rougissant qu'en effet, on m'arrête souvent pour me lancer des commentaires intrusifs, objectifiants, de manière plus ou moins malpolie sur mes tattoos ; mais que sa remarque était adorable, la plus gentille possible. Puis elle s'est enfuie en continuant de s'excuser et de me complimenter. 

 

Evidemment ça m'a rappelé la dernière fois que des types Parisiens sans tattoos ont essayé de nous "complimenter" dans le bus, lorsque je rentrais avec Tarmasz. Ceux-là même qui nous ont expliqué que "je travaille au musée, j'aime l'art, je ne peux pas m'empêcher de commenter quand je vois de jolies CHOSES." et qui n'ont pas compris poourquoi j'étais furieuse d'être qualifiée de "chose" - surtout après avoir subi ces questions malvenues, stupides et sexistes pendant 15 minutes.

 Si vous souhaitez réellement complimenter quelqu'un, rappelez vous toujours que ce sont des gens, pas des jolis objets. N'espérez rien en retour, pensez au fait que vous allez probablement soûler la personne en face, qui n'a rien demandé ; lisez un peu mieux le langage corporel, et respectez-le ; soyez gentil•le et n'insistez pas. Dans le cas de personnes tatouées, gardez également à l'esprit que vous êtes sûrement la 154ème personne "sympa" à leur poser les mêmes questions ignorantes-mais-bien-intentionnées. Tout le monde n'est pas sociable, tout le monde n'est pas patient, tout le monde n'a pas forcément envie de vous parler et personne n'y est obligé. 

 

 

 

 

On survit à coup de shortbreads et de bagels, sautant de cafés en cafés pour capter un peu de wifi gratuit - on finit toujours dans le même type d'établissement asiatique, avec les mêmes bandes de jeunes gens qui bavardent bruyamment. Petit moment de panique le premier jour, on a mal calculé nos dates d'arrivée, réservé un backpacker hotel sur des mauvaises dates, et on galère à trouver un van. Jusqu'à ce qu'on tombe sur Aziz, la gentillesse incarnée, qu'on surprend chez lui au saut du lit, en pyjama, avec sa petite fille... Et qui nous fournit pile ce dont on avait besoin pour le voyage. 

Aziz aime dire qu'il vit "près" de Remuera (le quartier modeste est juste à côté du grand quartier riche). 

 

 

Voilà donc le Van Fanel qui va nous accompagner et nous abriter tout au long du voyage. 

IMG_1219

 

 

Le paysage de collines vertes et arrondies me donne l’impression d’être en Cornouailles :) La route principale est facile : en gros, il n’y en a qu’une.

IMG_1218

 

Premier stop à Huka Falls, près du lac Taupo, où l'on trouve un camp pour la nuit.

HukaFalls